En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Le Fil Agricole n°55

N°55 – Semaine du 27 septembre 2021 ACTUALITÉS AGRICOLES 75ÈME CONGRÈS DE LA FNSEA : « NOUS REFUSONS LA FATALITÉ DU DÉCLIN ! » La FNSEA a tenu son 75ème congrès à Niort du 21 au 23 septembre, un congrès marqué par une volonté de s’inscrire dans l’avenir. 75 ans après le serment de l’Unité […]

N°55 – Semaine du 27 septembre 2021

ACTUALITÉS AGRICOLES

75ÈME CONGRÈS DE LA FNSEA : « NOUS REFUSONS LA FATALITÉ DU DÉCLIN ! »

La FNSEA a tenu son 75ème congrès à Niort du 21 au 23 septembre, un congrès marqué par une volonté de s’inscrire dans l’avenir. 75 ans après le serment de l’Unité paysanne, lancé en mars 1946 par Eugène Forget, la FNSEA continue à faire vivre cette unité syndicale à travers le projet #FNSEA2025 et ses valeurs : la solidarité, la prise d’initiative, la responsabilité et l’ancrage dans les territoires. La FNSEA a clairement affiché les trois défis que doivent relever l’agriculture : la souveraineté alimentaire, face aux importations distorses et aux menaces d’un Green Deal européen qui réduirait les productions de 10 à 15 % ; la démographie et les questions de rémunération des agriculteurs pour redonner de l’attractivité au métier ; et la transition agroécologique, dans laquelle l’agriculture est engagée dans un virage aussi important que celui des années 1960 et qui nécessité le soutien des pouvoirs publics mais aussi des consommateurs. Enfin, la FNSEA a dévoilé son nouvel ADN, désormais résumé en une phrase : « S’engager avec les femmes et les hommes qui ont le goût d’entreprendre en agriculture pour des territoires vivants et dynamiques ». Découvrez la nouvelle raison d’être de la FNSEA et retrouvez le Rapport d’activité 2020 de la FNSEA .

PROPOSITION DE LOI EGALIM 2 : POUR UNE COMMISSION MIXTE PARITAIRE CONCLUSIVE, QUI CONSERVE LES AVANCÉES ET AMBITIONNE PLUS DE TRANSPARENCE POUR UNE JUSTE RÉMUNÉRATION DES AGRICULTEURS

La Commission Mixte Paritaire (CMP) sur la proposition de loi relative à la rémunération des agriculteurs se tiendra lundi 4 octobre prochain au Sénat. La profession agricole espère une conclusion positive de cette discussion afin de mettre fin à l’urgence du faible revenu agricole et celle de la valorisation des productions agricoles, non corrigés par la loi EGALIM. Au cours de cet examen ce texte s’est renforcé d’avancées parlementaires, comme la contractualisation rendue obligatoire, la transparence sur la pondération des indicateurs et la prise en compte des indicateurs de coût de production dans la proposition de contrat ou d’accord-cadre définie comme le socle de négociation ou bien encore l’application des principes de la loi EGALIM aux produits sous marques de distributeurs (MDD). Cependant, la profession agricole regrette que l’ambition initiale du texte ait été amoindrie sur un certain nombre de points et demande à la Commission Mixte Paritaire (CMP) de revenir à cette première ambition, notamment en permettant la reconnaissance de la possibilité d’appliquer la transparence totale matière première agricole par matière dans les Conditions Générales de Vente (CGV), afin de sortir du jeu de dupe qui sape les relations commerciales entre tous les acteurs de la chaine alimentaire au détriment des agriculteurs. Il convient aussi de ne pas ouvrir la porte aux dérogations du relèvement du Seuil de Revente à Perte (SRP) accordées aux fruits et légumes, qui fait encore aujourd’hui l’objet d’une expérimentation et dont nous manquons de documentations et d’objectivation de la situation économique. Le risque est de voir un certain nombre de distributeurs se précipiter sur le secteur fruits et légumes pour en faire la variable d’ajustement de leurs négociations commerciales avec le monde agricole alors que les autres produits agricoles resteront, eux, couverts par le SRP. Enfin, la profession agricole souhaite une mise en œuvre rapide du texte afin de donner un cap clair aux négociations commerciales qui débutent et enfin consacrer le mécanisme de construction du prix en marche avant.

21 ACTEURS CO-SIGNENT, AVEC LA FNSEA, LE MANIFESTE POUR DES RURALITÉS VIVANTES !

Alors que 94 % du grand public considère que le monde rural gagnerait à être mieux connu et que 92 % pensent qu’il est agréable à vivre, selon le sondage IFOP de janvier 2021, la ruralité représente 22,4 millions de Français, soit 35 % de la population. C’est dans ce contexte de repeuplement rural, mais aussi de changement climatique et d’adaptation que s’inscrit ce manifeste, pour replacer la ruralité au cœur de la relance, de la vitalité entrepreneuriale et du développement économique du territoire national.  C’est pourquoi 21 acteurs, comme la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH), l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES), Familles Rurales, et la FNSEA s’allient dans ce Manifeste pour des ruralités vivantes. Fort de 10 propositions il souhaite s’éloigner des difficultés de la ruralité pour y opposer les opportunités à exploiter et libérer réellement les énergies entrepreneuriales et les initiatives locales des acteurs de terrain.  Retrouvez les 10 propositions du Manifeste.

ACTUALITÉS EUROPÉENNES ET INTERNATIONALES

OGM : L’EUROPE CONTINUE DE JOUER UN DOUBLE JEU

Le mois dernier, la Commission européenne a autorisé 10 nouvelles plantes OGM à l’importation, complétant ainsi les 85 plantes autorisées à l’importation pour la consommation animale et humaine (25 soja, 39 maïs, 6 colza, 14 coton, 1 betterave à sucre). À Bruxelles, les pays européens, surtout les grands comme la France, votent contre les autorisations, mais sans obtenir la majorité qualifiée de 55 % des États et de 65 % de la population. Il revient à la Commission de se prononcer après évaluation scientifique de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Pendant ce temps, et comme souvent, nous continuons et amplifions le mouvement d’importation d’une que nous n’autorisons pas sur notre sol, faisant reculer chaque jour davantage notre souveraineté alimentaire…. Pendant ce temps aucunes décisions fortes sur les technologies NBT en Europe pourtant considérées comme non OGM.

 

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

COLZA : FORTE PRÉSENCE DES ALTISES PARTOUT EN FRANCE

Le colza d’hiver qui a connu récemment de belles journées ensoleillées est cependant attaqué par un ravageur, les grosses altises. Cet insecte, fréquent et très nuisible, occasionne des morsures circulaires, perforantes ou non de quelques millimètres dans les cotylédons et les jeunes feuilles. Les plantes de colza les plus touchées par ces morsures sont freinées dans leur développement. Cet insecte est observé pratiquement partout en France, avec une intensité plus ou moins forte selon les régions, mais le risque ne concerne pour le moment que les dégâts foliaires. Il faut cependant rester vigilant, au retour des pluies favorable aux limaces et aux pucerons qui ont fait leur apparition dans certaines régions.

LES COURS DU PORC BAISSENT ET RESTENT SOUS PRESSION  

En août 2021, selon Agreste, le service statistique du Ministère de l’Agriculture, les cours du porc se maintiennent à 1,52 €/kg chaque semaine. Après la chute des cours européens et français en juillet 2021, les cours restent toujours sous pression en France et encore plus dans les autres pays européens, ces derniers étant plus dépendants des marchés chinois et allemands. En août 2021 toujours, les abattages sont inférieurs, en têtes et en poids, aux niveaux d’août 2020, malgré un poids supérieur à la moyenne quinquennale, sur un an. En juillet 2021, les exportations françaises de viande porcine vers la Chine se replient également, alors qu’un ralentissement de la demande chinoise était déjà observé par les autres pays européens depuis juin. Enfin, les importations reculent, mais on note une hausse importante des achats au Royaume-Uni.

Contact
Service affaires publiques FNSEA
mail : guillaume.lidon@reseaufnsea.fr
tél : 01 53 83 48 92 

Vous aimeriez lire aussi

Contrôle technique des pulvérisateurs.
Pour tous les contrôles techniques réalisés à partir du 1er janvier 2021, la durée de...
Conjoncture laitière – septembre 2021
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs augmente de 112 millions de litres en...
SIE – Le formulaire est disponible.
Compte-tenu des conditions météorologiques, FNSEA76 et JA76 ont obtenu du ministère un report de 14...