En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Conjoncture laitière – septembre 2021

27 septembre 2021

La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs augmente de 112 millions de litres en juillet 2021 par rapport au même mois de l’année dernière. La collecte progresse encore aux Etats-Unis et en Argentine mais la hausse est moins importante en Nouvelle-Zélande. En revanche, elle régresse en Australie de même qu’en UE 27 pour la première fois depuis février. Au sein de l’UE, le repli s’observe dans la plupart des pays européens, notamment la France, les Pays-Bas, la Pologne et l’Allemagne.

La demande de produits laitiers reste soutenue pour la plupart des produits. La Chine poursuit ses importations importantes de poudre de lait écrémé et de poudre grasse. Les importations chinoises de beurre ralentissent un peu en août, tout en restant au-dessus du niveau de 2020. Après deux mois de ralentissement de la demande en lactosérum, celle-ci a rebondi en août. C’est bien ce pays qui tire la demande mondiale actuellement, même si les autres pays importateurs sont également actifs sur les marchés, notamment en ce qui concerne les importations de fromages au Brésil, en Russie et aux Etats-Unis. L’UE27 reste présente sur le marché du lactosérum, mais perd des parts de marché sur la plupart des autres produits au détriment des Etats-Unis et de l’Australie sur la poudre de lait écrémé et de la Nouvelle-Zélande sur la poudre grasse. Les Etats-Unis accroissent significativement leurs exportations de beurre, notamment vers le Moyen-Orient.

Après avoir atteint 2 600 €/t au début du mois de juin, la cotation de la poudre de lait écrémé a progressivement baissé jusqu’à atteindre 2 450 €/t début août. Elle s’est reprise depuis, atteignant de nouveau 2 600 €/t à la mi-septembre. La cotation beurre Cniel est relativement stable depuis le début du mois de juin, oscillant entre 4 000 et 4 100 €/t. Suivant la tendance observée sur la poudre de lait écrémé, la cotation de la poudre de lait entier a également décroché pendant l’été, avant de repartir à la hausse et de se situer aux alentours de 3 200 €/t au mois de septembre.

Conjoncture laitière Septembre 2021 – Benoit Rouyer, économiste au CNIEL

Vous aimeriez lire aussi

Contrôle technique des pulvérisateurs.
Pour tous les contrôles techniques réalisés à partir du 1er janvier 2021, la durée de...
SIE – Le formulaire est disponible.
Compte-tenu des conditions météorologiques, FNSEA76 et JA76 ont obtenu du ministère un report de 14...
SIE et lin, FNSEA76 et JA76 demandent des assouplissements
Couverts végétaux implantés au titre des SIE : FNSEA76 et JA ont demandé un report...