Protection des cultures – Réponses favorables de la DDTM aux demandes de la profession

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Dans un courrier commun, la FNSEA76, JA76 et la Chambre d’agriculture ont alerté la DDTM sur la prolifération inquiétante des corvidés et des pigeons et sur les dégâts aux cultures et prairies causés par les sangliers.

En réponse, aux demandes professionnelles, la DDTM a confirmé que :

  • La protection des cultures contre les corvidés et les pigeons est possible par tous moyens, par l’exploitant ou les salariés de l’exploitation. Une nouvelle demande a été formulée pour que d’autres intervenants puissent agir. Ces opérations d’effarouchement peuvent être conduites sans déclaration préalable.
  • Concernant les sangliers, l’agrainage visant à protéger les cultures et les prairies est possible à compter du 9 avril et pendant toute la durée du confinement, dans la limite du 31 mai, uniquement dans le cadre des contrats d’agrainage signés avec la FDC76. Un arrêté fixe les conditions strictes encadrant cette pratique
  • En cas de dégâts de sangliers importants, signalés à la FDC76, des actions administratives menés par des louvetiers seront possibles
  • Enfin, depuis le 1er avril, les louvetiers sont en capacité de mener des prélèvements de sangliers en plaine.

Il est important de rappeler que la FDC76 met tout en œuvre pour continuer l'estimation des dégâts de gibier pendant cette période.

Toutes ces opérations doivent être menées en respectant les règles liées à la crise sanitaire et en utilisant les attestations de déplacement dérogatoire (cas n°1 – déplacement lié à l’activité professionnelle en ce qui concerne l’effarouchement des corvidés et pigeons).

événements

  • {0} - {1}

Médiathèque

Toutes les émissions dans la médiathèque