Conjoncture laitière – Aout 2020

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs continue de croitre avec une hausse de 160 millions de litres en mai 2020 par rapport au même mois l’année précédente. En juillet 2020, la collecte repart à la hausse aux Etats-Unis, cette progression est principalement localisée dans l’hémisphère sud, qui bénéficie de conditions climatiques favorables. La collecte européenne progresse et s’accentue en juin (+1,3% par rapport à juin 2019). Cette hausse est marquée par la nette progression de la collecte en Pologne et en Irlande. La collecte française reste en retrait en juin pour le 3ème mois consécutif avec une baisse de 0,5%. Le dispositif CNIEL d’incitation financière à la limitation de production sur le mois d’avril visant à atténuer le pic de collecte saisonnier a donc joué son rôle en finançant près de 48 millions de litres non produits, bien qu’il ne soit pas l’unique facteur d’explication de cette réduction de collecte. Sur le premier semestre 2020, la collecte française est presque à l’équilibre par rapport à 2019 (+0,1%).

Au mois de juin les échanges de produits laitiers s’intensifient globalement. La demande de beurre reste élevée aux Etats-Unis tandis qu’elle se tasse en Chine après un début d’année particulièrement dynamique. L’UE28 est très active à l’export sur le beurre depuis le début d’année, et encore en juin (+73% en juin / 2019). Du côté de la poudre de lait écrémé, la situation est plus contrastée. Les Etats-Unis sont très présents à l’export, à l’inverse de l’UE. La demande est présente, mais les achats de la Chine, l’un des principaux acheteurs, sont en retrait (-12% sur 6 mois). La demande en fromage est plus forte en juin et les Etats-Unis voient leurs exportations bondir. Les exportations de l’UE28 en fromages restent également dynamiques. La demande en lactosérum se renforce en Chine et cela profite notamment à l’UE28 avec des exportations en hausse de 16% sur 6 mois.

Les cours des produits laitiers industriels sont relativement stables depuis quelques semaines. La cotation du beurre oscille autour de 3 400 €/t, tandis que les cours de la poudre de lait écrémé et de la poudre de lait entier sont respectivement autour de 2 050 €/t et 2 800 €/t.

Prix du lait en Normandie

Au premier trimestre 2020, la moyenne trimestrielle régionale était en hausse de 2,97 € / 1000 L par rapport à la même période de l’année précédente. Le second trimestre est en revanche très marqué par la crise sanitaire liée au COVID 19 et la moyenne régionale s’établit ainsi à 320,53 € / 1000 L, en recul de 6,44 € / 1000 L par rapport à la même période de l’année dernière. Au global, le prix de base du lait est, sur le premier semestre 2020, en baisse de 1,81 € / 1000 L par rapport au premier semestre 2019 (324,28 € au S1 2020 contre 326,09 € au S1 2019).

Capture (5)

 

Article rédigé avec le soutien du CRIEL Normandie Lait

événements

  • {0} - {1}

Médiathèque

Toutes les émissions dans la médiathèque